Archives de catégorie : Création d’entreprise

Employeur: comment se déroule la procédure d’embauche ?

Votre entreprise grandit, et vous êtes prêt à embaucher un nouveau salarié ? mais voilà, comment vous y prendre et par où commencer ? Dans cet article nous examinerons le problème de l’embauche. Dans d’autres articles nous parlerons des différents contrats de travail, des démarches administratives liées à l’embauche et du coût réel d’un salarié.

L’embauche d’un salarié peut être un moment crucial et difficile pour une petite entreprise qui ne dispose pas d’un service des ressources humaines. Quelles sont les démarches à suivre ? comment déterminer qui sera la bonne personne pour le poste ? voici quelques conseils à suivre.  

Continuer la lecture de Employeur: comment se déroule la procédure d’embauche ?

Guide gratuit RGPD à télécharger : Les entreprises et le Règlement Général sur la Protection des Données.

L’objectif de ce guide est de sensibiliser l’ensemble des salariés de votre entreprise à la thématique de la protection des données personnelles. La protection des données est un sujet très important d’autant plus que Le RGPD (general data protection regulation) ou RGPD (Réglementation Générale sur la Protection des Données), est entré en vigueur le 25 mai 2016 et est applicable en France depuis le 25 mai 2018. Ce nouveau règlement européen s’appliquera à toute entité qui collecte, traite et stocke des données personnelles dont l’utilisation peut directement ou indirectement identifier une personne, est donc s’appliquera aux entreprises mais également aux associations et fondations.

Votre expert comptable est le partenaire de votre entreprise. N’hésitez pas a nous contacter sur toute question comptable, juridique et fiscale. Nous espérons que ce petit guide vous aidera dans la compréhension de cette réglementation.

GUIDE PRATIQUE_ Les entreprises et la Réglementation Générale sur la Protection des Données (RGDP ou GDPR)

Quels sont les coûts indirects d’un nouveau salarié?

Cet article fait suite à une série d’articles sur le coût réel d’embauche. Dans des articles précédents, nous avons détaillé combien coûte réellement un salarié au SMIC en 2018, puis nous avons examiné ce que sont les compléments de salaires et quel est leur impact sur le coût de votre salarié? Dans ce nouvel article nous analyserons les coûts indirects des nouveaux salariés.

Continuer la lecture de Quels sont les coûts indirects d’un nouveau salarié?

Comment estimer son chiffre d’affaire pour une création d’entreprise : analyse des 4 méthodes

Si vous êtes sur le point de créer votre entreprise, calculer ou plutôt, estimer son chiffre d’affaire prévisionnel est une étape très importante. Ce chiffre d’affaire prévisionnel entrera dans votre business plan et sera potentiellement utilisé pour convaincre les banques ou des financeurs de vous soutenir. Il devra donc être réalisable et justifiable, avant d’être comparé aux coûts ou charges qui seront nécessaires pour sa réalisation.

Pour la création de son entreprise, il existe 4 grandes méthodes utilisées pour effectuer une estimation de son chiffre d’affaire prévisionnel : la méthode des référentiels, des intentions d’achat, des objectifs et des parts de marché et celle dite opérationnelle.  Nous examinerons chacune d’elles. Rappelez vous que chacune de ces méthodes a des avantages et des inconvénients. Le mieux est de toutes les utiliser et de les comparer car elles sont complémentaires.

Continuer la lecture de Comment estimer son chiffre d’affaire pour une création d’entreprise : analyse des 4 méthodes

Combien coûte réellement un salarié au SMIC en 2018 ?

Votre entreprise grandit et vous envisagez de recruter un salarié au smic. Mais quel est le coût réel d’un employé au SMIC en 2018. Certains coûts sont directs mais d’autres sont indirects et doivent tout de même être pris en considération pour l’établissement de votre budget annuel.

Continuer la lecture de Combien coûte réellement un salarié au SMIC en 2018 ?

La dissolution de votre SASU est-elle nécessaire ?

Il n’est pas nécessaire d’entamer une dissolution de votre SASU pour effectuer un changement de statut, vous pouvez effectuer une modification de votre EURL en SASU ou le contraire.  Ainsi, l’associé unique peut prendre unilatéralement la décision de la transformation de sa SASU en une EURL .
dissolution-SASU Cependant, si la transformation peut être décidée par acte unilatéral de volonté de son Président, l’article L.225-244 du Code de Commerce prévoit qu’il est nécessaire de nommer un commissaire aux comptes pour faire un rapport assurant que le montant des capitaux propres de la SASU est au moins égal à celui du capital social de la société.
En revanche la SASU peut se être dissoute suite à plusieurs raisons tel qu’une décision unilatérale de volonté de l’associé unique, une arrivée du terme de la société,  une disparition de l’objet social ou encore si une non régularisation des capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social dans le délai de deux exercices suivant celui au cours duquel la situation est apparue… Dans ce cas, il faut se s’appuyer sur les règles utilisables pour les EURL et ainsi distinguer selon que l’associé unique est une personne physique ou bien une autre société. Pour la dissolution de la SASU, il y a deux régimes juridiques différents, selon que l’associé unique est une personne morale ou une personne physique :

  • Quand l’associé unique est une personne physique, la dissolution de la société est obligatoirement suivie de la liquidation de l’actif de la société. La personnalité juridique de la juridique va continuer jusqu’à la fin des opérations de liquidation. Ce régime vise à protéger l’associé unique en cas de pertes, pour éviter qu’elles ne soient transmises directement à son patrimoine personnel.
  • Quand l’associé unique est une personne morale, la dissolution de la société n’est pas suivie d’une liquidation de l’actif, il y a alors transmission universelle du patrimoine de la SASU à l’associé unique. Cette transmission universelle de patrimoine se fait sur simple décision unilatérale de l’associé unique de dissoudre la société.

Qu’est-ce que la SASU

La SASU ou encore société par action simplifié unipersonnelle, a le vent en poupe depuis quelques années. Dédiée aux gros projets et requérant la réunion de plusieurs associés et d’un capital minimum autrefois, un seul associé peut maintenant créer une SAS avec 1 euros de capital.
Qu\'est-ce que la SASU Un entrepreneur qui crée seul une entreprise pourra désormais choisir une SASU à l’EURL ou EIRL qui sont les autres principales alternatives qui s’offrent à lui.
Nous ne pouvons pas vous dire quelle est la meilleure forme juridique pour telle ou tellel activité car ce choix dépend du projet, de la situation du chef d’entreprise ainsi que de ce qu’il attend. Il faut ainsi tenir compte de ces différents paramètres pour pouvoir orienter l’entrepreneur vers un statut pour son activité.

Les avantages de la SASU :

  • Souplesse Contractuelle
  • Responsabilité des actionnaires limitée aux apports
  • Structure pouvant évoluer facilitant ainsi le partenariat
  • Crédibilité vis à vis des partenaires
  • Capital minimum librement fixé par les statuts (depuis le 1/1/2009) qui doit être versé au moins à 50% à la constitution
  • Pas d’obligation de Commissaires aux comptes sous certaines conditions (depuis le 1/1/2009)

Les inconvénients de la SASU :

  • Obligation d’être très rigoureux dans la rédaction des statuts
  • Obligation de désigner un commissaire aux comptes, sauf (depuis le 1/1/2009) si la SAS ne contrôle pas ou n’est pas contrôlée par d’autres sociétés et ne dépasse pas certains quotas fixés par décret

Voir également:

Charges sociales sur la rémunération du dirigeant d’une SASU

Différence entre SASU, SAS, EURL & EIRL

Plusieurs choix de formes s’offre à l’entrepreneur dans le cadre de la création de son activité. Chaque forme a sa propre particularité au point de vue fiscal, comptable et social d’où l’importance de bien faire son choix car une erreur peut coûter cher.

Différence entre SAS et SASU

La SAS ou société par actions simplifiée propose une grande souplesse de fonctionnement aux associés et leur offre la possibilité d’aménager les conditions d’entrée et de sortie de la société. La société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU) a aussi pour but de remplacer les entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) au sein des groupes de sociétés.

Différence entre EURL et SASU

L’EURL est une SARL (société à responsabilité limitée) à associé unique. Elle est également appelée SARL unipersonnelle. La SARL et la SASU ont des points communs. Ses avantages :

  • Elle permet à une personne seule de créer une société sans avoir à s’associer et  la responsabilité de l’associé unique au montant de ses apports ;
  • Elle autorise la création d’une société avec relativement peu de capitaux et facilite la transformation en SARL ;
  • L’associé uniquement peut déterminer librement le montant du capital social dans les statuts. Il doit être composé d’apports en numéraire (argent) et/ou en nature (matériel, brevet…) et/ou d’apports en industrie (compétences techniques…).

Différence entre EIRL et SASU

L’entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) est une entreprise individuelle mais au fonctionnement proche de celui de l’EURL. Ce statutoffre une protection pour ses biens personnels. Il convient à tout commerçant, artisan, exploitant agricole et profession libérale. Il est même destiné aux auto-entrepreneurs. Il s’adresse aux créateurs mais également aux entrepreneurs individuels en cours d’exercice et souhaitant protéger leurs biens personnels des créanciers professionnels.

Comment créer votre SASU en 10 étapes ?

La création d’une SASU peut s’avérer compliqué au vue des quantités d’informations disponible. Pour vous aider à débuter votre nouvelle activité, voici un processus simple pour créer votre SASU.
Comment créer votre SASU en 10 étapes

1. Etablirun business plan et un prévisionnel

Une étape indispensable à la réussite de votre projet, l’élaboration de votre business plan (lien BP) votre prévisionnel (lien P).

2. Rédiger le statut de votre SASU

Vous devez rédiger le statut de votre entreprise après avoir élaboré votre prévisionnel. Nous vous conseillons de faire appel à un expert comptable ou bien un avocat spécialisé pour le faire sachant que ce dernier sera un peu plus cher.

3. Déposer votre capital à la banque

Choisissez la banque qui va gérer votre compte professionnel. N’hésitez pas à négocier les frais même si vous devez faire jouer la concurrence. Une fois que vous avez fait votre choix, vous aller leur donner votre business plan, votre prévisionnel ainsi que votre statut. Si le dossier est bon, la banque vous demandera le dépôt d’un chèque par associé. Il s’agit des apports du capital social en numéraire. Elle vous délivrera ensuite une attestation de dépôt des fonds après avoir encaissé les chèques.Vous aurez besoin de cette attestation lors de vos démarches au CFE (Centre de Formalités des Entreprises). A noter que l’argent sera bloqué jusqu’à ce que vous renseigné votre Kbis.

4. La publication d’une annonce légale

Cette étape est obligatoire et doit se faire dans un journal agréé. Essayez de réduire les lignes au maximum car vous serez facturé à la phrase ! Un justificatif qui vous sera utile pour vos formalités au CFE vous sera alors donné. Veuillez faire attention à ce que votre publication se fasse après l’attestation de dépôt des fonds.

5. Siège social

Votre entreprise doit avoir un siège social, vous devez donc à ce titre Vous devez justifier d’une adresse. Il peut s’agir d’un bureau, pour un bail commercial ou de votre  domicile.

6. Enregistrer les statuts aux impôts

Avant de déposer votre dossier au CFE, vous devez obligatoirement enregistrer les statuts aux impôts.

7. Déposerle dossier de création au CFE

Il vous faut remplir un formulaire M0. C’est celui qui correspond à la création d’une SAS et que vous trouverez sur le site du CFE. Une fois rempli, imprimez-le et déposez-le à votre CFE avec la liste des pièces demandées. Vous devez aussi vous munir d’un chèque du montant des frais d’immatriculation. Le montant change selon le greffe. Le remplissage du dossier est assez compliqué, en cas de besoin, vous pouvez vous faire aider par un expert comptable.

8. La réception de votre K-BIS

Le greffe vous communiquera votre KBIS sous 2 semaines si votre dossier est complet.

9. Rendez-vous à la banque

Dès réception du KBIS, vous devez communiquer cette pièce à votre banque afin  de débloquer le capital social.

10. Et voilà !

Votre compte bancaire est ouvert, votre société en SASU est créée et vous pouvez développer votre business.

Voir également:

Charges sociales sur la rémunération du dirigeant d’une SASU