Archives de catégorie : Comptabilité

Quels sont les compléments de salaires et quel est leur impact sur le coût de votre salarié?

Si votre entreprise est en croissance et vous pensez recruter un nouveau salarié, une estimation de son coût total pour votre entreprise est essentiel. Dans un article précédent, nous avons détaillé combien coûte réellement un salarié au SMIC en 2018. Vous devrez estimer son salaire et les charges patronales qui en suivent. Mais ne tenir compte que des charges patronales est une erreur. D’autres coûts sont à prendre en considération. Tous ne sont pas applicables à tout le monde. Dans cet article nous examinerons les éventuels avantages accessoires que vous pouvez proposer à vos employés, ce qu’on appelle les compléments de rémunération. Puis dans un prochain article, nous examinerons les coûts indirectes des nouveaux salariés.

Continuer la lecture de Quels sont les compléments de salaires et quel est leur impact sur le coût de votre salarié?

Pourquoi votre micro entreprise peut bénéficier d’un expert comptable ?

En France, une disposition législative particulière dispense les toutes petites entreprises, également appelées micro entreprises, de tenir une comptabilité. Dès lors beaucoup de ces entrepreneurs décident de ne pas utiliser les services d’un expert comptable. Mais est ce la meilleur décision pour votre entreprise? voici les raisons pour lesquelles votre micro entreprise peut bénéficier des services d’un expert comptable.

Continuer la lecture de Pourquoi votre micro entreprise peut bénéficier d’un expert comptable ?

Que doit-on mettre sur sa facture ?

Si vous êtes un prestataire de service ou un vendeur de marchandises, vous serez amené à procurer des factures à vos clients.  Procurer une facture est obligatoire dans la plupart des cas. Mais quelles sont les mentions qui doivent figurer sur celles-ci ? Voici quelques précisions pour bien comprendre les mentions obligatoires de vos factures.

Continuer la lecture de Que doit-on mettre sur sa facture ?

Quels sont les différents taux de TVA en vigueur en France?

La taxe sur la valeur ajoutée ou TVA est un impôt indirect sur la consommation. Si vous êtes le dirigeant d’une entreprise qui vend des biens ou des prestations de services en France, celle ci est soumise à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Votre entreprise collectera la TVA pour la reverser aux services des impôts. En France, Il existe 4 taux de TVA selon la nature du bien ou du service et également en fonction de la localisation de l’opération qui subit la taxe (TVA). Dans cet articles nous détaillerons les différents taux.

Le taux normal de TVA de 20%

En France métropolitaine, le taux normal de la TVA est fixé à 20% selon l’article 278 du code général des impôts. Ce taux s’applique aux opérations portant sur des biens ou des prestations de services à défaut de dispositions particulières. C’est le taux applicable par défaut. Attention ce taux n’est pas le taux standard des DOM TOM.  En Guadeloupe, Martinique et Réunion, le taux de TVA normal est de 8,5%. En Polynésie française, le taux normal est de 16%.

Le taux réduit de TVA de 10%

En France métropolitaine, selon  les articles 278 bis, 278 quater, 278 sexies A, 278 septies et art. 279 du Code Général des Impôts, le taux réduit de 10 % est applicable aux produits suivants:

  • produits agricoles non transformés
  • bois de chauffage
  • travaux d’amélioration du logement qui ne bénéficient pas du taux de 5,5%,
  • certaines prestations de logement et de camping
  • foires et salons, jeux et manèges forains
  • droits d’entrée des musées, zoo, monuments
  • transports de voyageurs
  • traitement des déchets
  • restauration

Si vous prétendez que votre entreprise est soumise à ce taux réduit, assurez vous de consulter votre expert comptable pour éviter toute erreur.  Tout comme le taux normal, le taux réduit à 10% en France continental est dest différents en dehors de la France métropolitaine. Celui ci est de 13% en Polynésie et de 2,10% en Guadeloupe, Martinique et Réunion.

Le taux réduit de TVA de 5.5 %

En France métropolitaine, selon les articles 278-0 bis et 278-0 bis A, art. 278 sexies du Code Général des Impôts, le taux réduit de 5.5 % est applicable aux produits suivants:

  • produits alimentaires
  • produits de protection hygiénique féminine
  • équipements et services pour handicapés
  • livres sur tout support
  • abonnements gaz et électricité
  • fourniture de chaleur issue d’énergies renouvelables
  • fourniture de repas dans les cantines scolaires
  • billetterie de spectacle vivant et de cinéma
  • certaines importations et livraisons d’œuvres d’art
  • travaux d’amélioration de la qualité énergétique des logements
  • logements sociaux ou d’urgence
  • accession à la propriété

Le taux réduit de TVA de 2.1 %

En France métropolitaine, selon l’article 281 quater et suivants du CGI, le taux réduit de 2.1 % est applicable aux produits suivants:

  • médicaments remboursables par la sécurité sociale
  • ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie à des non assujettis
  • redevance télévision
  • certains spectacles et aux publications de presse inscrites à la Commission paritaire des publications et agences de presse

 

Quelles sont les différentes formes de sociétés pour exercer en tant que médecin et quelles sont leurs obligations comptables et fiscales?

La profession de médecin peut être exercée sous plusieurs statuts juridiques. Découvrez les différentes formes de sociétés pour exercer en tant que médecin et les obligations fiscales ou comptables en découlant.

Continuer la lecture de Quelles sont les différentes formes de sociétés pour exercer en tant que médecin et quelles sont leurs obligations comptables et fiscales?

Eviter les pièges de la comptabilité en ligne

En tant que dirigeant d’une entreprise ou d’une association, l’une de vos préoccupations essentielles est le pilotage de votre organisation. En faisant une recherche Google, vous ne pouvez pas rater les offres agressives d’experts comptables en ligne, offrant le tout numérique, la facilité d’utilisation, des tableaux de bord de pilotage en temps réel et des prix bas.

Vous avez pris la décision de choisir d’utiliser un expert comptable en ligne pour faire vos comptes, reste à comprendre les offres qui existent sur le marché ! Beaucoup d’offres parlent de comptabilité « en temps réel ». Quand est-il réellement ? La simplicité et les services promis sont-ils au rendez-vous ?

Dans cet article nous décryptons l’offre actuelle de comptabilité en ligne pour vous aider à y voir plus clair, et ne pas tomber dans le piège de ces offres alléchantes mais pas toujours à la hauteur…

Les avantages d’un logiciel de comptabilité en ligne

Nous avons préalablement argumenté que tenir sa comptabilité en ligne avec un logiciel de comptabilité basé sur le cloud est un premier pas essentiel pour une meilleure gestion de votre entreprise qu’elle soit petite ou grande.

Un logiciel en ligne de comptabilité est tout simplement un logiciel accessible via Internet. Cela signifie que vous vous connectez via votre navigateur Web ou votre appareil mobile et utilisez le logiciel à distance à tout moment et depuis n’importe ou. Vos données y sont stockées de façon sécurisée, dans le cloud, sur des data centers professionnels, plutôt que sur un serveur au sein de votre entreprise.

Le partage des informations entre votre entreprise et votre expert comptable est facilité. La plateforme comptable, plus ouverte, peut se connecter à d’autres services cloud comme le scan de facture, l’accès aux comptes bancaires en ligne ou encore à votre plateforme de e-commerce, ou à votre terminal de paiement etc.

Le passage à une plateforme cloud ouverte est une avancée technologique incontestable. Sur ce point, tous les comptables en ligne se valent plus ou moins. Les questions à poser sont les suivantes :

  • Qui héberge les données et dans quel pays ?
  • A quelles autres plateformes cloud et e-commerce votre système se connecte-t-il?
  • Combien avez-vous de clients ?

Petit rappel sur la comptabilité française

Peu de clients savent que la comptabilité française est très différente de la comptabilité anglo-saxonne. Il n’est pas inutile de faire ce petit rappel, d’autant que de nombreuses applications cloud anglo saxonne, comme Quickbooks, s’installent en France.

La comptabilité française est particulièrement complexe car elle a pour objectif principal d’appliquer une politique économique sophistiquée, basée sur la fiscalité. Pour faire un peu dans la caricature, elle sert à prélever des taxes et impôts de manière ciblée à une personne X pour subventionner et encourager une autre personne Y qui pourra elle, déduire ses charges.

La comptabilité française n’est donc pas orientée « gestion » et « pilotage ». Faire d’une pierre deux coups demande des ajustements et tout le savoir faire de votre expert comptable.

Trésorerie en temps réel VS comptabilité en temps réel

Ce que proposent les offres agressives des experts comptable en ligne s’apparente à une trésorerie en temps réel, et non pas une comptabilité en temps réel. S’il est important de connaître vos liquidités, la répartition de vos dépenses par catégories, ou le montant dû par vos clients, ces données ne vous permettent pas de piloter votre entreprise. En outre, votre gestion commerciale et votre banque en ligne proposent déjà ces indicateurs.

Que signifie piloter une entreprise et quels sont les indicateurs nécessaires ?

Là encore un rappel n’est pas inutile. Piloter nécessite des indicateurs “avancés” qui permettent de réagir en amont des problèmes, avant qu’il ne soit trop tard. Par exemple le nombre de rendez-vous que prennent vos commerciaux est un indicateur avancé du CA futur. Le résultat du mois est un indicateur avancé du résultat annuel futur. C’est encore mieux si l’on compare avec le même mois de l’année précédente ou le prévisionnel.

Le parallèle que l’on fait avec la course automobile peut être utile. Le tableau de bord d’une automobile (vitesse instantanée, compte tour) ne sont en rien des indicateurs avancés. C’est notre cerveau qui utilise ces données en complément de la vue de la route pour produire les bonnes alertes permettant de piloter.

Pour faire simple les tableaux de bord des comptables en ligne ne permettent pas de voir la route, et donc de prendre le prochain virage à la bonne vitesse. Essayez de piloter votre voiture en ne regardant que le tableau de bord !

Voici 2 exemples pour les techniciens :

Exemple 1: la différence entre charge et débit de la banque

Votre entreprise a effectué des travaux en Janvier. Vous recevez la facture en Janvier mais celle ci est payable en Mars. Les offres basiques d’expert comptable en ligne ne seront pas en mesure de refléter cette charge dans les indicateurs comptables de votre tableau de bord en Janvier ou Février. Cette dépense ne sera reconnue dans le système qu’en Mars, lorsqu’il y aura un flux de bancaire. Elle ne passera pas en janvier, date à laquelle vous avez réellement fait la dépense. Elle ne sera pas non plus étalée sur plusieurs années s’il s’agit d’un investissement.

Exemple 2 : la différence entre produit et crédit de la banque

En juillet 2018, votre entreprise reçoit le paiement d’un abonnement annuel à son club de sport (12 mois à 10 Euros par mois, soit 120 euros). Vous allez donc gagner 10 euros par mois ou 60 euros sur l’année 2018 (et 60 euros sur 2019). Votre comptabilité en ligne indiquera 120 euros en juillet, un chiffre faux du point de vue de votre gestion.

Des coûts cachés

Au delà des formules alléchantes d’appel, certains comptables en ligne acceptent de procéder à un ajustement mensuel ou trimestriel, mais cet ajustement aura un coût. Si vous ne voulez pas payer ce supplément, votre comptabilité ne sera pas en temps réel, vous ne l’aurez qu’en avril de l’année suivante ! Trop tard pour réagir.

Il faut également comprendre que de votre côté, il y aura également un effort de rigueur, d’organisation et une charge de travail supplémentaire. Votre comptable en ligne acceptera-t-il de vous aider à vous structurer ? Rien n’est moins sûr, et c’est la raison pour laquelle nous gérons de nombreux changements de cabinet pour des clients ayant initialement opté pour une offre low cost.

Des technologies immatures

Si certains comptables en ligne ont de belles interfaces de saisie de pièces, peu ont investi dans la communication entre vous et leur cabinet. En lisant les commentaires négatifs, on se rend compte que les clients sont livrés à eux même et que le support ne répond tout simplement pas aux attentes.

Les briques cloud utilisées par les experts comptable en ligne ne sont pas encore fonctionnelles. La récolte des données bancaires se fait par un web scrapping hasardeux et non par API car les banques ne veulent pas ouvrir leurs systèmes. Le scan de factures par OCR ne fonctionne donc qu’à 70% et encore. Là encore, le prix des composants utilisés par l’expert comptable en ligne fait la différence. Notre partenaire Receipt Bank est un peu plus cher mais son taux de reconnaissance est de quasi 100%. Leur tarif de 10€/mois par client est jugé trop élevé par la plupart des experts comptables qui ont l’habitude de payer 10€/mois pour toute leur suite comptable.

Un support client inadapté

Il suffit de lire les notes et commentaires en ligne pour comprendre que le service client n’est pas le point fort des experts comptables en ligne. Priez pour ne pas rencontrer de problèmes et soyez très rigoureux dans votre saisie des pièces comptables.

Les experts comptables en ligne ont investi dans leur logiciel de saisie en ligne de pièces, mais pas dans le CRM. Le processus d’embarquement est inexistant. Le processus mensuel de bouclage du mois est également absent. Leurs plateformes ne gèrent tout simplement pas les processus de production et n’offrent donc aucune aide sur les problématiques pointues d’embarquement, de changement de comptable, de récupération des données, de support logiciel etc.

Conclusion

La comptabilité en ligne manque de maturité, se bat sur le low cost et survend ses services en additionnel. Peu de comptables en ligne ont misé sur la qualité. De notre côté, nous nous battons pour défendre la valeur ajoutée de notre offre. Notre conseil: soyez prudent et posez les bonnes questions avant de choisir votre futur comptable en ligne. Si vous signez votre contrat après une recherche rapide dans Google et quelques minutes de conversation avec un conseiller, vous pouvez vous exposez à des déconvenues… Les meilleurs commerciaux ne sont pas toujours les meilleurs sur le produit et le service client. 

 

La comptabilisation des charges et produits sur exercices antérieurs

Votre nouvel exercice 2018 est déjà entamé et vous vous apercevez qu’une facture fournisseur de l’année précédente a été oubliée? Ou bien vous vous rendez compte que vous avez oublié de facturer une prestation de l’année précédente, voire même omis de transmettre la facture de cette prestation à votre client. Dans tous les cas où votre entreprise fait face à des achats, des ventes ou des opérations qui n’ont pas été comptabilisées sur le bon exercice comptable, vous devrez suivre un traitement comptable particulier. Que sont les charges et produits sur exercices antérieurs? Comment les comptabiliser?

Enregistrement dans les comptes 672 et 772 du Plan Comptable Général

En comptabilité, le principe est simple: les charges et produits doivent être enregistrés au cours de l’exercice auquel ils se rapportent. Mais si votre entreprise omet certaines comptabilisations par erreur, elle devra alors les comptabiliser dans un premier temps dans des comptes de gestion exceptionnels. Les comptes de gestion exceptionnels ne se rapportent pas au cycle normal d’exploitation de l’entreprise. Les produits exceptionnels sont comptabilisés dans les comptes de la classe 77 du Plan Comptable Général (PCG), en symétrie des comptes de la classe 67 relatifs aux charges exceptionnelles.

Plus précisément le PCG dispose que les comptes 672 et 772 sont à la disposition des entreprises pour l’enregistrement, en cours d’exercice, des charges et produits sur exercices antérieurs.

Prenons un exemple simple. Nous sommes en 2018 et vous réalisez qu’une facture de téléphone France Telecom a été oublié alors qu’elle concerne votre abonnement pour l’année 2017.  Cette facture de 2017 sera imputée sur la comptabilité de 2018 en charge exceptionnelle.

Journal Date pièce Numéro compte Libellé du compte Libellé de l’écriture Débit Crédit
ACHAT 1 Avril 2018 672000 Charges sur exercices antérieurs Abonnement France Tel Nov/17-Dec/17 500
ACHAT 1 Avril 2018 445660 TVA déductible Abonnement France Tel Nov/17-Dec/17 100
ACHAT 1 Avril 2018 401018 Fournisseur France Tel Abonnement France Tel Nov/17-Dec/17 600

Autre exemple avec l’hypothèse où vous avez oublié de transmettre une facture à votre client (ayant vendu un de vos produits en 2017). Mais cette vente n’a pas été comptabilisée en 2017, et l’est donc durant l’exercice 2018.

Journal Date pièce Numéro compte Libellé du compte Libellé de l’écriture Débit Crédit
VENTE 1 Avril 2018 772000 Produits sur exercices antérieurs Vente XYZ 2017 à Mr clientX 500,00
VENTE 1 Avril 2018 445710 TVA collectée Vente XYZ 2017 à Mr clientX 100,00
VENTE 1 Avril 2018 411008 Client Mr ClientX Vente XYZ 2017 à Mr clientX 600,00

Régularisation en fin à la clôture de l’exercice

Attention, gardez en tête que les comptes 672 et 772 doivent absolument être soldés à la clôture de l’exercice car ces comptes n’apparaissent pas dans vos comptes annuels. Le PCG dispose ainsi que ces opérations devront être réparties ou ventilées entre les éléments d’exploitation et exceptionnels selon leur nature.

Doit-on mettre une note dans les annexes des comptes?

Légalement aucune information spécifique n’a besoin d’être mentionnée en annexe. Cependant, il est de bon usage de mettre une note dans les annexes des comptes lorsque les montants corrigés sont significatifs.

 



LeBonExpertComptable
est là pour vous accompagner dans l’établissement de votre comptabilité, notamment lorsque ce type de situation délicate se présente. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre offre.

 

Ouvrir un compte bancaire professionnel est-il une obligation ?

Le but d’un compte bancaire professionnel est clair, permettre une dissociation entre le patrimoine de votre entreprise et votre patrimoine personnel. Si son ouverture n’est pas obligatoire pour tous, elle est cependant vivement recommandée.

Qu’est ce qu’un compte bancaire professionnel ?

Un compte bancaire professionnel est tout simplement le compte qui sera dédié à la gestion de votre activité ou votre entreprise. Ce compte est séparé de votre compte personnel en ce qu’il ne comporte que des transactions liées à votre activité.

Un compte professionnel est un compte bancaire adapté à une société

Mise à part l’obligation légale à laquelle votre entreprise peut être assujettie, ouvrir un compte bancaire professionnel auprès d’une banque vous donne l’opportunité de bénéficier de services spécifiques qui ne sont autrement pas offerts aux particuliers. Une banque peut ainsi vous offrir une autorisation de découvert plus adaptée à vos flux de trésorerie. Certaines banques auront également des conseillers bancaires spécialisés pouvant vous aider à la gestion de votre entreprise. D’autres auront des services tels que la fourniture de relevés détaillés et d’une synthèse mensuelle d’activité.

Avantages du compte bancaire professionnel

S’il n’est pas toujours obligatoire, le compte bancaire est cependant vivement recommandé. Si vous n’utilisez qu’un seul compte, il vous sera plus compliqué ultérieurement de faire la différence entre les opérations liées à votre activité et celles liées à votre vie privée. Garder le contrôle de ses factures et reçus et suffisamment compliqué pour ne pas à avoir la complication supplémentaire des factures privées. De plus en cas de control fiscal, vous serez mieux à même de vous préparer et de fournir des documents clairs et précis.

En effet, le compte bancaire professionnel vous permet de :

  • différencier vos opérations privées et professionnelles et simplifier la gestion de votre trésorerie ;
  • faciliter les éventuelles opérations de contrôle fiscal.

L’obligation d’avoir un compte professionnel pour les sociétés

Selon la loi, les sociétés à capital social telles que les EURL, les SA, les SAS, les SARL etc… doivent obligatoirement ouvrir un compte courant professionnel au moment de leur création pour déposer leur capital social. Si vous n’ouvrez pas un tel compte, vous ne pourrez pas produire le certificat de dépôt de fonds que votre banque vous donnera et donc vous ne serez pas en mesure d’immatriculer votre société.

Aucune obligation d’avoir un compte professionnel pour les entreprises individuelles

Dans le cas où vous avez une entreprise individuelle et que vous exercez une activité professionnelle indépendante, vous n’avez aucune obligation d’ouvrir un compte professionnel. Votre entreprise n’a pas de capital social et le certificat de dépôt n’est pas nécessaire.

Exception des EIRL

Attention, les EIRL ont un statut un peu différent des entreprises individuelles sur le sujet du compte bancaire. En effet, dans le cas d’une EIRL, un compte bancaire professionnel, séparé de celui que vous utilisez à titre personnel, doit être ouvert.



Vous souhaitez ouvrir un compte professionnel en passant par une banque en ligne ? Nous vous recommandons notre partenaire Qonto. A noter: nos outils de comptabilité en ligne peuvent se greffer sur n’importe quel type de compte bancaire professionnel. 

Sources:

Economie gouv

Service public

 

Comment comprendre le bilan de votre entreprise?

Un bilan est un document établi à la fin de l’exercice comptable. C’est une synthèse qui donne une image de la situation patrimoniale de votre entreprise à un moment donné, décrivant les emplois (actif) et les ressources (passif). Mais comment lire, comprendre et analyser les différents postes de ce document pour en tirer le meilleur parti?

Quelle est la structure du bilan?

En général, le bilan est structuré sous forme de tableau ayant 2 colonnes principales : celle des passifs et celle des actifs. Les totaux de chaque colonne du bilan doivent être égaux pour que celui-ci soit équilibré.

Que représente la partie Actif?

La partie Actif du bilan est ce que possède l’entreprise. Cette partie indique les avoirs de l’entreprise ou plus généralement l’utilisation de ses fonds. Ces actifs sont classés par ordre de liquidité, du moins liquide tels que les bâtiments, au plus liquide tel que l’argent liquide). Les catégories peuvent être les suivantes:

Que représente la partie Passif?

La partie Passif du bilan regroupe toutes les dettes de l’entreprise, tous les “moyens” à sa disposition pour financer ses actifs. Ces postes du passif sont classés par ordre de liquidité, de la même manière que l’actif, du moins liquide tels que les capital propre, au plus liquide tel que les dettes à court terme. Les postes peuvent être les suivants:

Comment lire le bilan et les 2 ratios clés du bilan?

La première chose à comprendre est le classement par ordre de liquidité ou plus précisément par ordre de long terme/court terme.

Les actifs et les passifs permanents ou long terme: les actifs permanents sont ceux dont vous disposez sur le long terme. Par exemple, les immobilisations sont destinées à servir de façon durable à l’activité de votre entreprise. Mêmes amorties, elles restent à l’actif du bilan jusqu’à leur cession ou mise au rebut. De même, les passifs permanents comportent les fonds apportés pour une longue durée. Ils constituent les ressources stables de votre entreprise. Un ratio essentiel à analyser pour toute entreprise est le fonds de roulement (FR). Le FR est la différence entre les ressources stables (les capitaux propres) et l’actif immobilisé. Le fond de roulement vous donne une image des ressources dont l’entreprise dispose à moyen et long terme pour financer son exploitation courante.

Si le fonds de roulement est positif il va permettre de financer l’exploitation de l’entreprise, s’il est négatif l’entreprise pourrait connaître des difficultés pour financer ses dépenses courantes d’exploitation…

Les actifs et les passifs à court terme: ici on retrouve tous les éléments qui ont un cycle de courte durée. Les plus importants sont les stocks, les créances de vos clients, les dettes envers vos fournisseurs.

Autre ratio essentiel, le besoin en fonds de roulement (BFR) est défini comme la mesure des ressources financières qu’une entreprise doit mettre en œuvre pour couvrir le besoin financier résultant des décalages des flux de trésorerie correspondant aux décaissements (dépenses et recettes d’exploitation nécessaires à la production) et aux encaissements (commercialisation des biens et services) liés à son activité. Le besoin de trésorerie est donc obtenu par différence entre le FR et le BFR. Si votre FR est plus important que votre BFR, votre entreprise dispose d’une trésorerie positive. Dans le cas contraire, votre trésorerie est négative.

Cet article a-t-il répondu à vos questions ? Si non, posez les nous en commentaires !