Domicilier mon auto-entreprise: tout découvrir en 2 minutes

Vous avez toujours voulu monter votre propre entreprise ? Pourquoi pas créer une auto-entreprise pour commencer ?

Ce statut a été créé dans un unique but : faciliter les démarches de création d’entreprise et des tâches administratives amoindries.

Pour faire partie des autos-entreprises, le C.A (chiffre d’affaires) de l’activité de votre entreprise ne devra pas dépasser 170 000 euros pour une activité commerciale de vente et 70 000 euros pour une activité de service. Il est possible que lors de la création de votre auto-entreprise, vous ne possédiez pas de local. Vous avez la possibilité de passer par une société de domiciliation afin de domicilier votre entreprise en ligne. Cette société spécialisée vous proposera des adresses de prestige à des prix défiant toute concurrence.

Domicilier une auto-entreprise grâce à une société de domiciliation

La domiciliation d’une entreprise peut être effectuée sous différentes formes :

  • Une domiciliation au domicile personnel du dirigeant
  • Une domiciliation dans un local commercial
  • Dans un espace de collectif
  • Ou en faisant appelle à une société de domiciliation

La société de domiciliation a pour objectif de fournir une adresse administrative et juridique pour l’entreprise tout en proposant des services complémentaires afin de faciliter le quotidien de l’entrepreneur. L’adresse que fournira la société de domiciliation servira de siège social et figurera sur tous les documents officiels que l’entreprise recevra et émettra.

Cette option permettra à l’entrepreneur de bénéficier d’une adresse de prestige pour son entreprise, de se concentrer sur le développement de son activité.

Les avantages d’une domiciliation auto-entreprise en passant par une société de domiciliation

Bénéficier d’une adresse de prestige

Un avantage important de passer par une société de domiciliation est d’avoir la possibilité de bénéficier d’une adresse de prestige. Cette adresse permettra d’attirer plus de clients ainsi que des partenaires pour développer votre activité.

Par exemple : vous venez de créer votre auto-entreprise dans le secteur du consulting. Domicilier votre siège social dans le 1er arrondissement ou dans le 8ème sera bénéfique pour vos affaires. Alors que si vous domiciliez votre entreprise dans un quartier avec une image moins prestigieuse, il est possible que vos futurs clients accordent moins de confiance.

Dissocier la vie privée de la vie professionnelle

C’est l’avantage le plus important quand on passe par une société de domiciliation. Comme la majorité des français se lançant dans la création d’entreprise, nous choisissons tous en règle générale le domicile personnel comme adresse de siège social. En effet c’est une décision simple et qui permet de faire des économies sur du court terme.

Mais avant de prendre cette décision, il est important de noter deux choses :

  • Si vous choisissez le domicile personnel du dirigeant, alors cette adresse sera connue de tous : c’est-à-dire de vos clients, de vos partenaires mais également de vos concurrents. En cas de litige entre votre entreprise et un de vos clients, celui-ci pourra venir chez vous à tous moment
  • Ensuite le temps : choisir le domicile personnel comme adresse de siège social est limité à une durée de 5 ans. Passer ce délai le dirigeant devra alors transférer son siège social. Cela engendrera des frais supplémentaires allant de 350 à 500 euros.

Une gestion des tâches administratives simplifiées

Selon le contrat de domiciliation établit entre le domicilié et le domiciliataire, la société de domiciliation réalisera des tâches administratives afin de faciliter les journées de l’entrepreneur. En effet, certaines tâches quotidiennes peuvent ralentir le développement de l’activité de l’entreprise.

Les services complémentaires proposées par la société de domiciliation sont assez nombreux :

  • La gestion du courrier : la réception, la numérisation ainsi que la réexpédition du courrier : cette tâche quotidienne fait perdre du temps aux salariés et au dirigeant de l’entreprise.
  • La location de salle de réunion : si l’auto-entreprise souhaite recevoir des clients dans un cadre professionnel, la société de domiciliation lui propose des bureaux ainsi que des salles de réunions équipés
  • Une permanence téléphonique : l’auto-entreprise bénéficiera d’un standard téléphonique permanent. Si l’auto-entrepreneur est absent, une personne en charge de l’accueil téléphonique se chargera de prendre les messages
  • Le bureau virtuel : le bureau virtuel sert à stocker tous les documents administratifs et officiels de l’auto-entreprise dans un serveur sécurisé. Ce serveur sera accessible 24h/24

Réaliser des économies

Enfin dernier avantage, l’auto-entreprise permet de réaliser des économies d’impôts. Chaque entreprise doit payer une cotisation : la CFE (Cotisation Foncières des Entreprises). Ce taux de CFE est défini par le conseil municipal de la commune. Il est important de savoir que le taux de CFE sur Paris est inférieur à la moyenne française. De plus la domiciliation commerciale est bien moins onéreuse qu’une location ou l’achat d’un local commercial. Vous devrez payer par mensualité. Pour une dizaine d’euros,

Liquidation entreprise: découvrir les étapes

La liquidation d’une entreprise marquera la fin de vie définitive de celle-ci. Cette liquidation peut être réalisée à la suite d’une décision entre tous les associés ou actionnaires, on parlera alors de liquidation amiable ou alors les créanciers vont demander que l’entreprise soit liquidée on parlera de liquidation judiciaire.

Durant son existence, une entreprise peut connaitre des hauts et des bas en fonction de ses recettes, des décisions des associés… La liquidation d’une entreprise peut être la meilleure des solutions.

La liquidation est une étape obligatoire pour fermer une entreprise. Il existe deux phase pour fermer définitivement celle-ci :

  • Une phase de dissolution
  • Une phase de liquidation

L’expert-comptable en ligne peut vous guider sur les démarches administrative d’une liquidation d’entreprise.

La phase de dissolution

Avant de fermer une société, il faut que vous décidiez de mettre fin, dans un premier temps, à l’activité de votre entreprise grâce à la dissolution.

Tout dépend de la forme juridique, mais une entreprise est en règle générale composée de plusieurs associés ou actionnaires disposant d’un droit de votre proportionnel à la part sociale qu’ils détiennent. La dissolution doit être réalisée par leur volontés.

L’assemblée générale extraordinaire

Pour décider d’une liquidation d’entreprise, il faut dans un premier temps convoquer les associés ou actionnaires à une AG extraordinaire. Le dirigeant de l’entreprise devra alors effectuer une AGE. Les statuts juridiques d’une entreprise stipulent dans les articles les règles de convocations.

Pour toute AGE, l’ordre du jour doit être précisé dans la convocation. Lors d’une liquidation amiable, les associés convoqués en AGE devront voter pour une dissolution et nommer un liquidateur (il peut être le dirigeant de l’entreprise ou un associé). Pour que cette décision soit validée, elle devra être prise à la majorité et actée par écrit sur un procès-verbal.

Enregistrer le procès-verbal de dissolution

Ce PV sera une preuve de la volonté de dissolution des associés ou actionnaires de l’entreprise. Plusieurs obligations doivent être respectées pour dissoudre une entreprise :

  • Enregistrer ce PV au Service des Impôts des Entreprises (SIE)
  • Publier cette décision dans un Journal d’Annonces Légales (cette décision peut couter entre 130 et 200 euros).

Le dépôt du dossier de dissolution

L’entreprise devra fournir au greffe du tribunal compétent plusieurs pièces afin de justifier et de valider le processus de dissolution :

  • Le formulaire M2
  • La copie de l’annonce de dissolution au JAL
  • Un certificat de non-condamnation pour le liquidateur
  • Une copie du PV d’AGE
  • Un chèque de 195,84 euros et 51,31 pour chaque établissement secondaire

La phase de liquidation

La dissolution d’une entreprise n’implique en rien sa radiation. En effet, la personnalité morale de celle-ci persiste toujours. La société sera toujours « active » durant toute la procédure de liquidation.

Le but de la liquidation

La liquidation aura pour but d’enlever les dettes de l’entreprise et de liquider ce que possède l’entreprise c’est-à-dire son passif.

Le liquidateur a pour mission de régler tous les créanciers de l’entreprise afin d’épurer les dettes qu’elle aura contracté tout au long de son existence. Dans un premier temps le liquidateur va faire l’inventaire de ce que l’entreprise possède (les meubles, les machines, les biens immobiliers…) et transformer tout cet actif en liquidité.

Après cette étape, le liquidateur peut constater deux choses :

  • Le liquidateur à rembourser toutes les dettes de l’entreprise et constate qu’il reste encore des liquidités, on appellera cela un boni de liquidation. Le liquidateur procèdera à la distribution des dividendes aux associés ou actionnaires en fonction des parts sociales.
  • Le liquidateur n’a pas pu régler la totalité des créances de l’entreprise. Il constatera un mali de liquidation.

Attention le boni est considéré comme des dividendes, il sera taxé à 30% (Flat Tax).

La clôture de la liquidation

Le liquidateur devra établir les comptes définitifs de liquidation. Ces comptes devront être présentés lors d’une AGE aux actionnaires et associés convoqué cette fois-ci par le liquidateur. Si les associés donnent leur accord, un nouveau procès-verbal devra être effectué pour prouver que la liquidation est acceptée par tous les associés de l’entreprise.

Pour que le processus de liquidation soit finalisé, le liquidateur devra publier la clôture des comptes dans une annonce légale au JAL (200 euros environ de frais). Cette parution sera par la suite transmise au greffe du tribunal de commerce compétent avec plusieurs autres pièces justificatives :

  • Un exemplaire du PV de liquidation sur la clôture des comptes
  • Le formulaire M4 signé par le liquidateur
  • Un chèque de 14,79€ au greffe du tribunal compétent

Vous connaissez maintenant le processus de liquidation d’une entreprise. C’est une étape longue et lourde administrativement. Lebonexpertcomptable est là pour vous guider et vous aguiller sur ces étapes.

Les avantages d’une SCI: tout savoir en 2 minutes

Vous connaissez des personnes de votre entourage qui ont déjà surement optées pour la création d’une entreprise en ligne, particulièrement une Société Civile et Immobilière. Même si comme toute forme juridique elle possède quelques défauts, les avantages de la SCI sont nombreux et importants : la possibilité d’investir dans l’immobilier à plusieurs, de se construire un patrimoine, une souplesse de gestion, une fiscalité intéressante, une protection du patrimoine… Dans cet article vous découvrirez les secret d’une SCI.

Qu’est-ce qu’une Société Civile et Immobilière

La Société Civile et Immobilière est composée d’associés dont le but est d’unir plusieurs biens immobiliers afin de partager les bénéfices de ces biens. Les associés pourront faire des apports en nature ou numéraire pour avoir accès aux parts sociales de la société. Les apports en nature seront soumis à évaluation par un commissaire aux comptes.

La Société Civile et Immobilière est une forme de société attractive. Ses atouts lui donnent un avantage considérable. Les associés de la SCI rédigent les statuts librement.

Cette grande liberté de gestion en Société Civile et Immobilière à un avantage : elle permet d’autoriser de nombreux montages pour gérer à la fois votre patrimoine privé et professionnel.

Les avantages d’une SCI : pourquoi opter pour cette forme juridique

Une structure conçue pour un investissement immobilier

Le statut de la Société Civile et Immobilière est une forme idéale pour effectuer à plusieurs personnes des investissements immobiliers. Elle permet donc de d’unifier les capitaux d’augmenter les chances d’optimisations de financements externes (des prêts bancaires ou d’autres investisseurs) pour acheter un ensemble immobilier. La Société Civile et Immobilière permet également de partager les coûts ainsi que les charges entre les associés.

Attention, il est important de noter que la SCI n’est pas une forme juridique conçue pour acheter et revendre des immeubles. Il est préférable d’opter pour une SARL pour ce type d’activité.

La SCI, le bouclier pour le patrimoine personnel des associés

La Société Civile Immobilière permet de protéger le patrimoine personnel des associés. Cette forme juridique est immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés, elle possède donc une personnalité morale et d’un patrimoine qui est différent de celui des associés.

La SCI est l’unique propriétaire des biens immobiliers. En cas de difficulté économique, les créanciers devront en premier se tourner vers la SCI afin d’être remboursés. Si les actions se révèlent être insuffisantes, les créanciers pourront intenter des actions contre les associés. Seulement les parts sociales des associés pourront être saisie par les diverses dettes (créances clients).

En outre, les associés possèdent une responsabilité indéfinie qui est définit selon la participation générée au capital social de la société, ils sont donc non solidaires entre eux. Cela a pour conséquences que les créanciers devront agir contre chaque associé et engager leur responsabilité. C’est un avantage de taille pour la SCI.

Une transmission et une cession de parts qui sont simplifiées en SCI

Monter une SCI vous permettra de faciliter la transmission de votre patrimoine immobilier.

Lorsqu’une succession n’est pas organisée, les héritiers pourront posséder le bien immobilier sans que les parts ne soient divisées. Chaque indivisaire pourra mettre fin à l’indivision.

Les statuts juridiques d’une SCI donnent la possibilité aux héritiers de vendre les parts sociales qu’ils ont obtenus.

Dans le cadre d’une SCI Familiale, les parents peuvent donner la nue-propriété d’un bien immobilier tout en conservant l’usufruit. Cela permettra de sortir votre bien immobilier de l’IFI (Impôt sur la fortune immobilière) tout en conservant le revenu.

Lors d’une cession de part sociale, l’associé doit devra rédiger un acte écrit qui devra être soumis et validé par tous les associés de cette même société. L’acte écrit devra être déposé au siège social de la société pour ensuite être enregistré. Après cet enregistrement, la personne possédant la part sociale deviendra le nouvel associé de cette société. À noter que dans la cession de parts sociales, la SCI devra payer des droits d’enregistrement à hauteur de 5% au lieu de 7,5%.

Un libre choix dans le régime fiscal de votre SCI

La Société Civile et Immobilière est par défaut soumise à l’impôt sur le revenu (IR), elle est considérée comme « transparente ». C’est-à-dire qu’elle n’a pas de bénéfices à déclarer ni d’impôts à payer. Ce sont les associés qui sont directement imposées aux bénéfices que la société va réaliser.

Chaque associé devra déclarer sa quote-part du résultat de la SCI à l’impôt sur le revenu.

Cette forme juridique permet également de déduire diverses dépenses comme :

  • Les divers frais de gestions
  • Plusieurs taxes foncières
  • Ainsi que des dépenses liées aux travaux

Un atout important est à prendre en compte si vous souhaitez créer une SCI, si vous réalisez un déficit celui-ci peut être imputé sur votre revenu global dans une limite de 10 700 euros.

La partie supérieure à 10 700 euros en revanche s’imputera sur vos revenus fonciers des 10 années qui suivront.

Si cette société vend des biens immobiliers, les associés seront imposés sur les plus-values que la vente réalisera selon le régime que procure l’impôt sur les plus-values immobilière.

La Société Civile et Immobilière peut opter pour l’impôt sur les sociétés, cette décision sera donc irrévocable.

Vous connaissez tous les avantages de passer par une Société Civile et Immobilière, Lebonexpertcomptable est disponible pour vous conseiller et vous guider dans les diverses étapes de création de votre SCI. Alors n’hésitez plus et contacter nous pour obtenir plus d’informations.

Les avantages de la SASU 

La SASU, ou Société à actions simplifiée unipersonnelle, est une entreprise qui peut se définir comme une SAS avec un unique actionnaire. C’est une forme juridique très répandue parmi les entrepreneurs de par les nombreux avantages qu’elles possèdent.

Pour la création d’entreprise, vous pouvez avoir recours à un expert comptable en ligne, qui en plus de vous accompagner dans la comptabilité de votre entreprise vous permet de créer votre société en toute simplicité. Dans cet article, nous vous résumons tous les avantages liés à la création d’une SASU. 

La SASU: une forme juridique avantageuse

Statut juridique souple 

Les statuts étant rédigés par l’actionnaire unique, c’est lui qui décide et régule le fonctionnement de la SASU. Étant président, il bénéficie d’une souplesse de gestion étant donné que c’est lui qui dicte les réglementations à appliquer. Il est donc libre de diriger son entreprise comme il le souhaite.  

De plus, il est très facile pour une SASU de devenir une SAS. En effet, ce changement ne nécessite aucune formalité administrative chronophage et coûteuse. Aucun frais ne sera engendré, il vous suffira de modifier les statuts et d’y indiquer le nom de ou des nouveaux actionnaires. 

D’autant plus que la cession d’actions est libre, il est donc facile et rapide pour un actionnaire unique de SASU de trouver et s’associer avec des partenaires en leur cédant  des actions. En conséquence, la SASU en question devient automatiquement et obligatoirement une SAS. Dans ce cadre, on ne parle pas de transformation juridique d’entreprise car il s’agit uniquement de changer, dans les statuts, le nombre d’actionnaires, et le fonctionnement collectif de la SASU.

Structure propice au développement 

Comme cité ci-dessus, il est relativement simple de passer de la structure juridique SASU à SAS. Il nécessite uniquement une revisite de la rédaction des statuts. Si le président souhaite s’associer et donc augmenter le montant du capital social de la société afin de garantir un développement net de l’entreprise, il est donc simple pour lui d’y procéder. Une augmentation du capital social de la société impliquera un plus gros investissement dans les projets et les biens et donc un développement certain de la société. 

Lorsqu’un entrepreneur possède un projet à fort potentiel de croissance, il est fréquent que celui-ci choisisse la structure juridique SASU. Or, pour des projets de plus petite envergure il est conseillé de choisir la forme EURL (SARL avec un unique associé).

Avantages pour le président de la SASU

Responsabilité limitée de l’actionnaire et protection du patrimoine social du président

Un autre avantage non négligeable de la SASU est la responsabilité limitée de l’actionnaire unique. En effet, lors de la création d’une SASU, le président constitue le capital social grâce aux apports que lui-même réalise. Ceux-ci peuvent être des apports en nature, des apports en industrie ou des apports en numéraire. Or, quelque soit la forme de ces apports, l’actionnaire est responsable au montant de ses apports. 

Puisqu’il n’est responsable qu’à la hauteur de ses apports, cela implique une protection du patrimoine personnel du dirigeant. Puisque la responsabilité est limitée, en cas de litige avec un client insatisfait, ce dernier ne peut qu’attaquer la société et si le montant dépasse celui du capital social, le patrimoine du président ne peut pas être touché (mis à part si il y a lieu de faute grave de sa part).

Couverture sociale

Dans le cadre de la création d’entreprise SASU, le président peut être soit une personne morale soit une personne physique. Dans le cas où il est incarné par une personne physique, celui-ci est assimilé salarié. Cela lui permet donc de bénéficier du Régime de la Sécurité Sociale. Il est souscrit à un régime social protecteur et doit donc se verser un salaire minimal de rémunération du dirigeant de 501,50 €. 

Or,  si le dirigeant est une personne morale, alors celui-ci sera donc rémunéré sous forme de dividendes et tirera des management fees (somme payée à une entreprise pour des services de management et de gestion).

Les avantages fiscaux 

Une fiscalité optimisée

Lors de la création d’une SASU, cette dernière est obligatoirement soumise à l’imposition à l’IS (impôt sur les sociétés). En effet, l’impôt sur les sociétés peut être un véritable poids fiscal pour l’entreprise. C’est pourquoi, pour une SASU, il est possible pour l’actionnaire unique de faire le choix d’opter pour une imposition à l’IR, c’est-à-dire l’impôt sur le revenu.

De plus, il possède la possibilité de ne libérer que 50% du capital social lors de la création et ainsi avoir 5 ans pour libérer le montant restant.
Lors de la constitution du capital social d’une SASU, il est important de savoir qu’il n’y a pas de montant minimum. En effet, il est possible de constituer le capital social d’un 1 euro.

Transmission facilitée

Un autre avantage bénéfique de la création d’une société SASU est des frais de transmission très bas. 

De ce fait, lorsque la SASU est rachetée ou transmise, un droit d’enregistrement chez le notaire doit être payé. Pour les autres sociétés, ce droit d’enregistrement est équivalent à 3% du prix d’achat. Dans le cas d’une SASU ou d’une SAS, ce droit est égal à 0.1 % du prix de cession, sans plafonnement.

Désormais, vous avez toutes les cartes en mains afin de décider si la constitution d’une SASU est faite pour vous. Vous allez maintenant devoir passer par de multiples étapes de concrétisation de votre idée de création telles que: la publication d’une annonce légale au sein d’un journal d’annonces légales ou le dépôt d’un dossier de l’immatriculation au Greffe du Tribunal de Commerce. 

Expert-comptable en ligne : avantages et conseils

Un expert-comptable en ligne a pour objectif de conseiller les entreprises. Il s’occupe de la comptabilité des sociétés et leur apporte une expertise juridique, financière, et fiscale.

Par conséquent, il doit disposer du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC), et être inscrit à l’ordre des experts-comptables. Tous les ans, l’expert-comptable doit vérifier les comptes dont il est en charge grâce à l’ensemble des révisions comptables ou d’un audit conseil fait au cours de l’année.

Dès lors, les tâches de compta effectuées par l’expert-comptable en ligne seront effectuées à distance. C’est une réelle révolution dans le domaine de la comptabilité ! De plus, lors de la création d’entreprise, le recours à un expert est fortement conseillé pour la gestion comptable.

En effet, avant, l’ensemble des procédures étaient longues et coûteuses, et elles nécessitaient beaucoup de maintenance administrative. Depuis, la digitalisation a révolutionné l’ensemble de la profession.

Un expert-comptable en ligne est capable d’améliorer la qualité de ses services proposés ainsi que ses offres. Cela est possible grâce à l’intégration des nouveaux outils de comptabilité en ligne. La vie de l’entreprises s’en trouve grandement améliorée.

Quels sont les avantages de la comptabilité en ligne ?

Avoir recours à un expert-comptable en ligne offre de nombreux avantages : les voici.

Une comptabilité plus rapide

Les experts-comptables en ligne permettent de réaliser un réel gain de temps comparé aux services d’un expert-comptable classique. Ce gain de temps est un avantage considérable pour les clients mais également pour l’expert-comptable lui-même.

En effet, l’expert-comptable ne dépense plus de temps pour se déplacer car la relation client est dématérialisée. Ainsi, il économise du temps pour traiter les documents comptables et les comptes annuels de ses clients car ces derniers ne sont plus sous format papier.

De surcroît, communiquer avec l’expert-comptable est simple car il est joignable tout le temps par mail ou téléphone.

Un coût plus faible

Avoir recours à un expert-comptable en ligne permet au chef d’entreprise d’avoir une gestion comptable peu onéreuse.

En effet, les clients peuvent réaliser eux-mêmes quelques tâches comme la gestion des tableaux de bord ou la gestion de la paie.

Cela est possible grâce à un logiciel de comptabilité en ligne tel que Quickbooks. Par conséquent, la charge de travail pour l’expert-comptable est allégée, ce qui lui permet de pratiquer des tarifs compétitifs. De plus, il faut noter que les cabinets d’expertise comptable en ligne offrent plusieurs packs digitaux à leurs clients. Le coût d’un expert-comptable en ligne est estimé à environ 120 €.

Une permanence dans l’accompagnement

La comptabilité des chefs d’entreprise est consultable n’importe quand dès lors qu’ils disposent d’une connexion internet.

En effet, le logiciel de compta est entièrement digitalisé. La digitalisation permet au comptable de réduire les échéances du traitement des dossiers. Ainsi, il est capable de se focaliser sur des tâches plus fastidieuses telles que le bilan comptable annuel, les déclarations fiscales ou la réalisation du compte de résultat.

Tous nos conseils pour bien choisir son expert-comptable

Vérifier le diplôme de l’expert-comptable

L’expert-comptable en ligne que vous engagez doit impérativement disposer du titre d’expert-comptable, au sein d’un cabinet d’expertise comptable qui est inscrit au tableau de l’Ordre des Experts-Comptables (OEC).

S’il ne possède pas cette distinction, votre expert exerce sa profession en toute illégalité !

N’ayez pas peur des échanges dématérialisés

Les cabinets d’expert-comptable en ligne sont caractérisés par un suivi et un contact fait à distance. Par conséquent, il ne faut pas être mal à l’aise avec le logiciel de gestion.

Si vous désirez avoir un contact direct avec votre conseiller, il est néanmoins toujours possible de se déplacer à son bureau.

Choisir un expert en accord avec votre entreprise

Vous devez savoir qu’il existe des cabinets qui travaillent uniquement avec les TPE et PME. La taille de votre société est ainsi un facteur à prendre en compte dans le choix de votre expert-comptable ! 

Connaître ses réels besoins

Notre conseil est de faire le point sur tous vos besoins afin que vous puissiez trouver l’expert adapté à votre infrastructure.

Vous devez donc vous poser les bonnes questions : Est-ce que je veux que mon expert-comptable s’occupe de la totalité de ma comptabilité ? À quelle fréquence j’aurai besoin de mon comptable ? Est-ce que l’expert-comptable devra gérer les paies ?

Vérifier les disponibilités de l’expert-comptable

Avant de demander un devis en ligne, vérifiez les disponibilités du cabinet comptable. Renseignez-vous également sur le nombre d’experts que compte le cabinet mais aussi sur ses collaborateurs !

Vous pouvez également récolter des informations sur le nombre de dossiers qu’ils traitent quotidiennement.

Prévoir les frais de l’expert-comptable en ligne

Si cela est possible, vous pouvez demander un devis gratuit à l’expert-comptable que vous désirez. Cela inclura le montant de ses honoraires, l’ensemble de ses missions à effectuer mais également tous les surcoûts possibles. Enfin, le montant total de la facturation dépendra de la formule que vous aurez choisie.

Maintenant, vous n’avez plus qu’à chercher sur le net l’expert-comptable fait pour vous !

EXPERT-COMPTABLE EN LIGNE _ AVANTAGES ET CONSEILS